Faites le plein d’oméga 3 !

07/04/2020

Depuis plusieurs années, il est reconnu qu’il est indispensable d’augmenter les apports alimentaires en oméga 3, en particulier pour revoir à la baisse le fameux rapport oméga 6/oméga 3. Pour cela, vous pouvez privilégier dans votre alimentation des aliments riches en ce nutriment tels que nos petites sardines

Cependant, une question se pose : les oméga 3 sont-ils aussi miraculeux qu’on le laisse entendre ? Leur intérêt est connu et reconnu dans la prévention des maladies cardiovasculaires, mais saviez-vous que de nombreuses études récentes ont pu mettre en évidence leurs effets sur le surpoids, la vision, la fertilité, … ?
Nous vous invitons à déguster sans modération cet article, qui ne vous veut que du bien !

Cinq bonnes raisons de consommer des oméga 3

1. Les oméga 3, les graisses de la minceur

Toutes les graisses ne jouent pas le même rôle dans le développement du tissu adipeux. Alors que les oméga 6 favorisent le stockage des graisses, les oméga 3 eux favorisent la lipolyse (dégradation des graisses) et cela dès la naissance.

Des chercheurs ont récemment mis en évidence que les oméga 3 peuvent favoriser la survie d’une bactérie « amie » de la flore intestinale : la Lactobacillus gasseri. Cette souche bactérienne est connue pour jouer un rôle dans la régulation du poids.

2. Des oméga pour faire travailler le cerveau

Le saviez-vous ? Le cerveau est le deuxième tissu le plus riche en acides gras ... En effet, 60% de sa masse est constituée d’acides gras et 70% d’entre eux sont des oméga 3.
Il n'est donc pas étonnant que la teneur en cet élément soit étroitement liée à des fonctions cognitives et nerveuses : prévention des troubles de l’humeur et de la dépression, action sur la mémoire, la vision et le développement cérébral du bébé au cours de la grossesse.

3. Les oméga 3 ont du cœur

On ne démontre plus aujourd’hui la relation étroite entre les oméga 3 et le bon fonctionnement du système cardiovasculaire. En effet, il est montré que la consommation d'oméga 3 favorise une diminution de la pression artérielle chez les personnes présentant une hypertension. De plus, elle participe à la diminution de la quantité de triglycérides dans le sang, un type de lipides qui en cas d'excès contribue au développement des maladies du cœur.

4. L’action anti-inflammatoire des oméga 3

Précurseurs de substances anti-inflammatoires faisant partie de la famille des prostaglandines, les oméga 3 peuvent servir d’adjuvants thérapeutiques naturels dans les maladies inflammatoires : arthrite, arthrose, allergies, …

5. Les oméga 3, une petite aide à la fertilité

Par leur action sur la souplesse des membranes cellulaires, les oméga 3 facilitent la rupture des follicules ovocytaires (membranes protégeant les ovules) et par conséquent favorisent de meilleurs échanges entre ovocyte et spermatozoïde.

Où retrouve-t'on les oméga 3 dans nos assiettes ?

Le précurseur de la famille des acides gras oméga 3 est l'acide alpha-linolénique (ALA). Il est dit indispensable car non fabriqué par notre organisme. Il doit donc obligatoirement être apporté par notre alimentation. À partir de ce composé, l'organisme synthétise d'autres acides gras oméga 3, notamment les acides eïcosapentaènoïque (EPA) et docosahexaènoïque (DHA).

Pour faire le plein d’oméga 3, certains aliments sont à privilégier dans vos assiettes : les huiles végétales ou de poissons, les graines, les petits poissons gras, les fruits à coques, …

Petits poissonsHuilesGraines

Le saviez-vous ? Il est recommandé de consommer 1 à 2 portions de 100g de poissons gras par semaine en privilégiant les petites poissons comme la sardine ou le maquereau

 

Sources : L. Benedetti. Oméga 3 : l'alpha et l'oméga de la santé ?. Echos de la micronutrition, n°48.